İçeriğe geç

Quelqu ange est passé

Kategori: Genel

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Quelqu ange est passéLa crue est assez impressionnante sur les bords de Marne. C’en estdéprimant. Régulièrement j’y promène mon chien, Balthazar. Ce simplerituel inaugure ma journée. J’arbore mes soixante piges. Chômeur etfutur retraité, je porte beau. J’ai perdu mon épouse il y a deux ans. Jem’en suis remis. A présent et en toute impunité je peux fréquenter cesfemmes qui constituaient alors mes maîtresses. Je peux faire celamaintenant au grand jour et grand dam des autres. Époux alors volagecela m’a enlevé pourtant une certaine saveur. Je n’en aime pas moinstoujours les jolies femmes.Ce matin-là mon regard fut d’emblée frappé par cette beauté brune. Je nel’avais jamais vu. Ce devait être une nouvelle personne. Peut-être unevoisine ayant aménagé récemment. Je ralentis mon pas. Elle tourna latête _ elle fumait le cheveu au vent. Elle sourit voyant mon chien. Jereconnais que je recoure souvent à Balthazar pour aborder les dames. Jen’avais d’yeux que pour ces jambes et ces cuisses surtout. Celles-ciétaient croisées. On distinguait avec quelque impudence la naissance desbas et la chair blanche dessus qui affleurait. Quel splendide spectacle.Elle ne pouvait ignorer le trouble qu’elle pouvait susciter et notammentà l’égard de mâles en mon genre. J’eus l’idée un instant que ce pouvaitêtre une prostituée sévissant dans le coin. Puis me ravisant et me fiantà ma longue expérience, je me dis que ce n’était pas la bonne hypothèse.Que ce devait être une de ces petites bourgeoises en mal de sensationset qui à bon compte avait décidé d’allumer le cochon du coin. Jeregardais du reste alentour s’il n’y avait pas quelque paparazzi ou quedu moins cela ne constituât pas un piège. On n’est jamais trop prudent.Parvenu à un coude de la rivière, je revins sur mes pas avec Balthazar,rituel immuable . J’allais passer à nouveau devant la belle. Serait-elletoujours là ? Mon cœur battait davantage. Elle était là-bas encoretirant sur sa cigarette. Cuisses sublimes toujours croisées. Je ralentisle pas à dessein. J’escomptais bien que Balthazar suscitât encore sonintérêt. Elle sourit en effet à l’enjouement que celui-ci lui témoignât.J’osais alors quelques paroles : « Vous lui faîtes assurément quelqueeffet. » Mon propos était à dessein leste. Elle n’en prit pas ombrage.Elle lui caressa la tête.Je poursuivis. Je jetais mon regard sans retenue sur ses cuisses. Jetenais à bien marquer aussi mon impudence. On pouvait croire qu’affectéed’une certaine pudeur, elle pourrait alors décroiser ses cuisses ouremonter un peu sa jupe qu’elle avait courte. Au contraire il semblaqu’elle croisa encore plus haut ses cuisses. A présent éclatait lablancheur de cette chair affleurant tout au sommet des bas. Je songeaisà la touche d’un peintre. En même temps elle avait imprimé unbalancement d’escarpin au bout d’un des pieds. Cela pour me bouleverseret me lancer sûrement un défi.On bursa escort parla des qualités de Balthazar mais il y avait vraisemblablementdessous un autre texte lequel disait notamment : « Il (Balthazar) est debien bonne race. Récemment il a sailli une femelle d’un de mes amis. Onescompte une portée. Cela vous intéresserait-il ? » Elle de répondre :»Les gros chiens. Cela m’impressionne. Je ne suis pas sûre que celapuisse entrer chez moi. Puis mon mari ne serait pas d’accord. » La garceme marquait qu’elle avait un conjoint et était une personne respectable.Elle n’en poursuivit pas moins le jeu de son escarpin jusqu’à quecelui-ci chut.Je me précipitais pour le ramasser au prétexte opportun que mon chienpouvait se jeter dessus et l’emporter. Du moins expliquais-je cela : «Gare mon Balthazar va vous piquer votre chaussure ! »J’étais à présent tout accroupi à moins d’un mètre de sa personne. Elleavait décroisé ses cuisses et les écartant assez, je pus à loisirexaminer l’intérieur. Sa culotte était semble-t-il d’un gris pâle. Ilpouvait même paraître qu’elle était totalement transparente et qu’enfait je lui pouvais voir à travers distinctement la chatte dont onrepérait les poils pubiens. Elle me tendit sa jambe.Nouveau prince charmant, je remis la chausse à la jolie Cendrillon.Balthazar devinant la chose remuait à côté la queue. Elle nous remercia.Puis se leva. Debout je pus m’aviser de sa taille modeste et de sasilhouette fluette et emplie de charme. Elle me dit : A bientôt, juchéesur ses escarpins, et s’éloignant. Me gardant de l’accompagner je ne pusl’admirer que de loin. Je la vis peu après monter dans une auto rangéesur le bas-côté. Elle fit signe passant devant moi. Elle ne pouvait nepas savoir que je bandais tel un forçat. Je n’avais de cesse de rentrerchez moi pour me branler.Le lendemain elle ne parut pas. Ni le jour suivant. Je m’en voulais den’avoir été davantage entreprenant. J’avais raté une occasion. Eurydiceéchappait de nouveau à Orphée. Aussi fus-je ébloui au propre car ilfaisait soleil de la découvrir comme l’autre fois assise sur un même banc.Cette fois je fonçais sur elle résolu à courir ma chance. Elle nousaccueillit d’un petit signe de la main. Entre autres détails, jeremarquais qu’elle avait des bas moins sombres et de couleur chair etqu’elle était plus maquillée. Elle n’en croisait pas moins ses cuissestoujours plus haut.Tandis que nous devisions, elle avait recommencé son petit jeu nerveux àl’escarpin. Escomptait-elle de le faire choir à nouveau ? Cette fois monpropos fut plus direct. « Balthazar et moi nous désespérions de vousrevoir. » Elle sans se décontenancer répondit : « En fait un jour je nesuis venu et l’autre, un vieux monsieur m’a invité à prendre un café. »Cette dernière info acheva de me décontenancer. La garce m’avait fauxbond avec un autre. Mon imagination à partir de là battit la bursa escort bayan campagne.J’en étais là lorsque chu de nouveau son joli escarpin sur le sol boueux.Je ne pouvais pas faire autrement que de le ramasser comme l’autre fois.D’humeur morose je le ramassais moins promptement cependant. Elle n’enécartât pas moins ses cuisses. Je marquais un temps d’arrêt. Jedécouvrais en effet non pas une nouvelle culotte mais le fait qu’ellen’en eût pas. La salope avait à dessein retiré celle-ci dans sa voitureavant que de venir s’asseoir ici. Je voyais distinctement le relief etdessein de la moule. Elle ne parut pas choquée que je l’examinas assezlongtemps tandis qu’elle tenait à présent en équilibre l’une des jambespour être rechaussée.Enfin je remis lentement son escarpin sans avoir auparavant tenulonguement ce pied dans ma main voire à lui prodiguer une caresse. A cetégard je lui dis que je lui trouvais le pied beau et de grande race.Elle remercia de bonne grâce. On eût dit une reine ayant habitude de cegenre d’hommage. Je ne voulais pas être en reste. J’avais du me relever.Mon esprit était empli et enflammé de la vision de sa chatte. J’étaistant bouleversé. Ne disant mot, elle semblait m’observer. Toutnaturellement j’en vins à dire : »Je ne peux pas moins vous inviter qu’àpartager mon café. »Je lui dis que j’habitais dans une rue derrière à quelque cent mètres etque je ne lui volerais pas plus d’une heure. Elle affecta d’hésiter.Puis elle dit : « C’est Vendredi. C’est ma fin de mission. J’ai toutloisir aujourd’hui de traîner un peu. » Je n’avais osé croire à une sifacile victoire. Balthazar plus que moi semblaient heureux que nousrentrâmes à la maison avec une si jolie personne. Cendrillon plusespiègle le caressait. Elle semblait ravie de venir. J’eus soupçonqu’elle avait l’habitude d’entrer chez n’importe qui et notamment unhomme. Quelle fée singulière !Elle applaudit à la belle maison. Elle dit : « J’adore les meulières. »Je m’en voulus dans le salon de n’avoir pas masqué tôt la photo de monmariage. Je n’avais pas prévu d’inviter. Elle se contenta de sourireacadémiquement à la vue de la photo. J’embrayais aussitôt : « Ma défunteépouse partie il y a deux ans. « Elle témoigna les condoléances d’usage.Entre temps elle s’était enfoncée dans un fauteuil. Revenu avec le caféchaud je vins à m’asseoir à moins d’un mètre face à elle. Balthazaraprès avoir fait son idiot, s’était couché dans un coin comme pourobserver.Après que je l’eus autorisé à fumer, la miss avec force gestesm’expliquât son métier. Elle formait dans toute la région les agentsimmobiliers. Elle leur apprenait notamment le métier et par exemple lebagout. Je comprenais davantage le genre et l’insolence du personnage.Cette femme n’avait pas froid aux yeux. Toute volonté, elle avaitl’habitude d’obtenir ce qu’elle voulait. En sorte c’est elle qui m’avaitchoisi escort bursa plutôt que le contraire. Elle croisait selon les cuisses ou lesécartait. Sa chatte n’avait plus trop de secret pour moi. Elle mesignifiait par là que je pourrais en disposer bientôt.Pris d’une idée soudaine et affectant de regarder l’horloge je dis : «Vous qu’êtes une spécialiste cela vous dirait de faire le tour dupropriétaire ? J’escompte peut-être vendre un jour. Je voudrais votrepoint de vue. » Après que nous fîmes l’extérieur et le jardin, nousparvînmes aux chambres à l’étage. Là demeurant dans la chambre d’amis,je vins à lui enserrer la taille. Je prenais un risque. Ce genre defemme était de force à vous baffer et vous planter là. Elle se laissafaire pourtant. Son corps était doux et chaud. Coquine elle dit : « Vousemmenez vos conquêts ici ? »Mâle assuré et bravache je la fis pivoter et me plongeais dans ses yeuxdurs et bleus. Je remarquais qu’elle avait en effet outré le maquillage.Le rouge à lèvres rendait encore plus charnue et humide sa bouche. J’yécrasais un baiser. Elle reçut cela avec un relatif détachement. Elledevait être familière de cela. Sa langue lourde s’enroula autour de lamienne. J’étais pénétré à la fois du parfum et de la prégnance de sachair. Mon cerveau me brûlait. Elle réalisait en même temps l’Enfer etle Paradis. De toute façon j’étais prêt à me damner pour elle. Elle eûttout obtenu de moi.Je ne sais comment elle eût bientôt ma queue dans sa bouche. Elle ditd’une voix suave : « Relâche- toi mon chéri. Je suis l’Ange. Faismoi-confiance. » Je fermais les yeux. Je ne me souviens pas d’unefellation si longue, si appliquée et voluptueuse. On serait mort àmoins. Je fondais. J’y laissais du sperme lequel humectât son bord debouche. Elle s’enquit à me déshabiller lentement. Enfonçant son regarddans le mien, elle poursuivit à me branler doucement comme pour affermirla verge. Je n’entendais que la mélodie de ses paroles. Non point leursens. Je dérivais.Elle monta sur moi s’empalant sur mon pieu. J’étais ravi introduit dansune grotte chaude où nageaient mille naïades. Au contraire d’Ulyssej’étais résolu à rester chez Circé. Peu après plus furieux la tirant parle cheveu je la pris levrette. Elle avait la croupe magnifique ce quej’avais perçu très tôt. Je bourrais cette chatte vue et revue à touségards. Puis elle cria :« Prend-moi, Encule-moi ! » Je n’attendais que cela. Je n’eus pas depeine à lui écarter les fesses. Celles-ci cédèrent facile au bélier.Elle n’avait cure que mon sexe fut gros. Au contraire.Nous demeurâmes à baiser jusqu’à midi. Je mis un point d’honneur à luimontrer ma résistance et mon énergie. Les ans n’avaient eu aucun effetsur ma libido ce dont elle convint. « T’as un sacré coup de rein chéri.» Elle fit une toilette hâtive. Balthazar s’était entre temps endormi etronflait. Je trouvais cette journée merveilleuse assuré qu’elledemeurait dans mes souvenirs. Je tins à la raccompagner mais ce fut pasplus loin que la grille. Elle avait recouvré sa froideur voire unecertaine distance. Elle montra la maison du voisin ajoutant : Tu baisesautrement mieux que lui».

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk Yorumu Siz Yapın

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

kurtköy escort ankara escort sakarya escort sakarya escort ısparta escort trabzon escort ardahan escort balıkesir escort kayseri escort edirne escort çorlu escort kastamonu escort ığdır escort konya escort tekirdağ escort diyarbakır escort edirne escort aydın escort afyon escort porno izle sports betting bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis porno izle erdemli escort sakarya escort sakarya escort webmaster forum niğde escort ödemiş escort ordu escort osmaniye escort pendik escort sakarya escort atakum escort samsun escort sincan escort sinop escort hd porno serdivan travesti