İçeriğe geç

Exhibition dans un hôtel d’Angoulême

Kategori: Genel

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Exhibition dans un hôtel d’AngoulêmeJ’étais à Angoulême pour une nuit cette année-là. En entrant dans la chambre que j’avais réservée dans ce petit hôtel du centre-ville, je ne savais pas encore que j’allais vivre une des expériences les plus excitantes de ma « carrière » d’exhibitionniste.Rien à signaler le soir. Après dîner, j’étais rentré dans ma chambre, m’étais mis à poil et, comme c’était mon habitude, un de mes premiers gestes avait été d’ouvrir la fenêtre de ma chambre. Il était tard. Nous étions en mai et il avait fait très chaud durant la journée. J’étais cuit ! Nu à la fenêtre, je sentais une brise légère et tiède caresser ma peau et ma queue qui, peu à peu, prenait possession de l’espace. Mais rien à l’horizon : les fenêtres en face de moi étaient fermées. Aucune lumière, ce qui ne signifie rien d’ailleurs, les voyeurs aimant rester dans l’obscurité. Qui sait, on m’observait peut-être…Plus loin, et un peu plus en hauteur, d’autres fenêtres, éclairées celles-là. De temps en temps, une ombre passait mais rien là non plus.La salle de bains donnait elle-aussi, par deux fenêtres, sur le même côté que celle de la chambre. J’ouvris une des fenêtres : le vis-à-vis était beaucoup plus près. Cinq ou six mètres peut-être. Une rangée de fenêtres, toutes éteintes, sur trois niveaux. Pas de chance !J’eus tout de même le plaisir de trouver dans un tiroir du chevet un numéro récent de Penthouse qu’un précédent voyageur avait eu la délicate attention d’abandonner. Superbes photos, très sexy et suggestives : j’empoignais ma bite et la branlais vigoureusement tout en tournant les pages du magazine. De temps en temps, ma queue à la main, j’allais bursa escort à la fenêtre vérifier si par hasard… mais non : rien.Et soudain, je tombe sur deux pages collées. Et bien collées ! J’approche le magazine de mes narines : pas de doute, c’étaient du sperme ! Elles étaient collées par une dose abondante de sperme ! L’excitation montait ! Je devais donner mon obole, moi-aussi ! Je me mis à caresser mon gland entre le pouce, l’index et le majeur : il était énorme et ne demandait qu’à juter. J’approchais ma bite de Penthouse, ouvert à une page où l’on voyait une fille, qui ressemblait beaucoup à Sophia Loren, à califourchon sur le visage d’un jeune étalon, sucer son énorme tige ! Quelle bite !Soudain j’éjaculai. A gros jets blancs. Tout alla sur le papier. Je ne voyais plus le visage de la fille et presque plus la bite du mec. Puis je refermai le magazine qui alla reprendre sa place dans son tiroir…Le lendemain matin, anxieux de savoir si j’allais pouvoir montrer ma queue à quelqu’un ou quelqu’une avant de quitter cet hôtel, je me levais vers 6 heures. Tout était calme. Et, soudain, en me penchant à la fenêtre de ma chambre, je la vis : une femme, la quarantaine bien portante, en chemise de nuit à dentelles, sirotant une tasse de café à sa fenêtre, juste en face de celles de ma salle de bains. Allais-je oser ? Oh, et puis, zut ! J’en avais trop envie. Déjà en érection, j’entrais dans la salle de bains et ouvris la fenêtre. Elle n’était plus à la sienne – elle avait dû s’absenter deux secondes pour se resservir en café – mais le bruit de la fenêtre qui s’ouvrait, amplifié par l’écho de cette sorte de cour intérieure, la ramena bursa escort bayan sur ses pas : de toute évidence, c’est ça qu’elle attendait impatiemment ! C’était une voyeuse.Je ne m’étais pas trompé. En me voyant à poil et en érection, elle se mit à sourire toutes dents dehors. Elle me fit même un petit signe pour dire qu’elle appréciait le spectacle. Et je lui en donnai un. La cabine de douche donnait exactement en face de la fenêtre. Je l’ouvris, y entrais et commençais à me mouiller puis à me savonner. Elle n’en perdait pas une miette mais elle disparut à nouveau. Quand elle revint, j’étais savonné et elle, elle tenait un appareil photo avec un petit télé-objectif dans les mains. Par signe, elle me demanda l’autorisation de s’en servir et me fit bien comprendre que c’était pour son usage uniquement et que je n’avais pas de souci à me faire. Que devais-je faire ? C’était risqué, non ? Si c’était pour montrer ma bite à ses copines, pourquoi pas mais… il y avait un risque tout de même. Oh, et puis j’en avais trop envie : ma bite faisant le bâton de tambour sur mon ventre : je lui fis signe que j’étais d’accord !Prenant la pose, je mettais bien ma bite en évidence, sans savon puis savonnée. Et je me mis à me faire une branlette au savon dont je me souviens encore ! C’était terriblement bon ! Juste avant de juter, je me rinçais rapidement afin que le sperme ne puisse pas se confondre avec le savon et… je giclais !Elle était aux anges. Le pouce levé, elle exultait !Je sortis de la douche une fois rincé et, bien face à elle, la bite encore dure quoique réduite d’un bon tiers, je me séchais avec un drap de bain. Elle déclencha escort bursa son appareil photo encore de longues minutes. Puis, après un petit signe, elle disparut.Ce n’était pas terminé – et c’est peut-être ce qui va suivre qui rend l’expérience que je venais de vivre encore plus excitante. Je retrouvais cette personne dix minutes plus tard… au buffet de l’hôtel, pour le petit déjeuner, devant les œufs brouillés ! Quand nos regards se sont croisés, là, à dix centimètres l’un de l’autre, nous avons pouffé de rire. Elle chuchota :-Je vous remercie. C’était chouette ! Et vous, cela a semblé vous plaire aussi, non ?-Oh oui, bien sûr ! Vous vous en êtes rendu compte !-On dirait que vous en avez l’habitude.-Oui, je ne rate pas une occasion quand je voyage et là cela a été une expérience mémorable. Mon public était acquis, me semble-t-il…Regardant autour de nous, elle me fit signe de la suivre jusqu’à sa table autour de laquelle nous poursuivîmes notre conversation.-En tout cas, c’est gonflé ce que vous faites mais ça vaut le coup, me dit-elle.-A ce propos, c’est vraiment à usage personnel ces photos, hein ?-Oui, bien sûr. Le laborantin va aussi en profiter un peu mais il en a l’habitude !-Ah bon, à mon tour de vous demander si vous pratiquez souvent ce type de chasse photo ?-Ah oui, toutes les fois que je peux. J’ai une belle collection. Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes…Tout en déjeunant, elle m’apprit, en me glissant une carte de visite, qu’elle était de Bordeaux, célibataire et que je l’avertisse de mon passage en Gironde si jamais…Dans le hall de l’hôtel, en guise d’adieu et sans une hésitation, elle plaqua vivement sa main sur ma braguette et m’agrippa la bite au travers du tissu… avant de disparaître. Fidèle à ma conviction selon laquelle il ne faut pas pousser trop loin la relation afin de conserver une part de fantasme, je n’ai jamais cherché à la revoir.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk Yorumu Siz Yapın

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

kurtköy escort ankara escort ısparta escort trabzon escort ardahan escort balıkesir escort kayseri escort edirne escort çorlu escort kastamonu escort ığdır escort konya escort tekirdağ escort diyarbakır escort edirne escort aydın escort afyon escort porno izle sports betting bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis porno izle erdemli escort sakarya escort sakarya escort webmaster forum niğde escort ödemiş escort ordu escort osmaniye escort pendik escort sakarya escort atakum escort samsun escort sincan escort sinop escort hd porno izmir escort bayan serdivan travesti